École de commerce et management de Belfort : l’alternance avec brio

Publié le 22 avril 2021

Nicolas De Vallière est directeur de l’établissement belfortain de l’ECM depuis 2009, ainsi que de l’établissement de Mulhouse qui ouvrira très prochainement. Farouche partisan de l’alternance, découvrez sa vision de l’ECM sur le parc d’activité Techn’Hom.

L’ECM en quelques mots et quelques chiffres

L’École de Commerce et de Management est née à Besançon au début des années 90 ; elle se déploie désormais sur 3 autres campus : Dijon, Belfort et très prochainement Mulhouse. L’ECM, référence pour ses parcours en alternance, propose 4 filières métiers : « commerce et vente », « marketing et communication », « gestion et finance » et « ressources humaines ». L’école compte aujourd’hui 900 étudiants dont environ 800 alternants et déjà plus de 3 000 diplômés. Outre ses 28 collaborateurs, elle s’appuie sur un réseau de 130 intervenants extérieurs. Le site belfortain, situé sur Techn’hom, regroupe 200 étudiants avec un cycle de formations de Bac à Bac+5.

Le choix de Belfort et de Techn’hom

Pour développer son activité en matière de formation, le grand bassin d’emploi du Nord Franche-Comté et son fort esprit d’entreprendre, était incontournable. Début 2009, l’ECM fait le choix de Techn’Hom, très attractif pour sa réputation de « poumon économique ». Ce choix offre aussi l’avantage de rapprocher l’ECM du siège de son partenaire, le CNAM Bourgogne Franche-Comté ; ce partenariat assez unique en France permet à l’école de commerce de délivrer de précieux diplômes universitaires, licence 3 et master 2.

Pour Nicolas De Vallière, Techn’Hom est un « réacteur économique local » qui permet à l’école d’être au cœur du dispositif économique Nord Franche-Comté ; ce site singularisé par son histoire industrielle forte, a bénéficié grâce à Tandem d’un grand programme de requalification. Aujourd’hui, cela permet à l’école de se projeter, en prenant solidement appui sur cet écosystème qui ne cesse d’évoluer et de s’ouvrir.

L’ECM, un apport de sang neuf pour les entreprises locales

La Franche-Comté souffre d’un exode de ses jeunes talents qui partent faire de hautes études pour un ailleurs sans retour. Pour Nicolas De Vallière, endiguer ce flux migratoire négatif, c’est un enjeu important ; et l’ECM, par son engagement fort en faveur d’un parcours alternant, contribue à cette « sédentarisation » de jeunes talents.

Car c’est toute l’activité économique d’une région qui peut être impactée favorablement. Et même si l’apport de l’école reste modeste, c’est en tout cas le sens qui est donné à son développement.

Sur le site de Belfort, 90 % des étudiants sont dans le cadre de l’alternance et la plupart trouve à se placer dans les entreprises du Nord Franche-Comté, de la TPE à la multi nationale. Plus de la moitié d’entre eux, se verront faire une proposition d’embauche au terme de de leur formation.

L’ECM conforte son site belfortain, rejointe par Wall Street English

En gardant pour objectif de se développer, Nicolas De Vallière souligne son intention de consolider les filières, notamment celle des ressources humaines ; et depuis mars dernier, Wall Street English, spécialiste de la formation à l’anglais a rejoint l’ECM sur Techn’hom. C’est un geste fort pour l’école ; en complément des séjours à l’étranger que les étudiants sont amenés à faire lors de leur cursus, ce partenariat privilégié permettra aux étudiants d’être encore plus performants et de répondre aux exigences des entreprises tournées de plus vers l’international.

Et la covid dans tout ça ?

Comme pour beaucoup, il a fallu s’adapter vite et bien. La digitalisation des formations a pris appui, dès le premier confinement, sur un système CISCO Webex qui a connecté chaque étudiant. Les classes virtuelles se sont mises en place sans rupture, à l’échelle des 800 élèves. Un vrai tour de force technologique et pédagogique. L’école prend aussi la mesure des conséquences que cette crise sanitaire aura à plus long terme.  A l’avenir, on se dirigera vers une plus grande « hybridation » ; et le fameux « monde d’après » dans le secteur de la formation, passera comme pour beaucoup d’entreprises, par la recherche du meilleur dosage entre « présentiel » et « distanciel ».

Pour mieux accompagner son développement, l’école vient de faire évoluer sa communication visuelle et renforce sa présence sur Techn’hom. Un développement également facilité par la collaboration avec Tandem, bailleur de l’école depuis 12 ans ; entre les deux, une confiance mutuelle et réciproque s’est installée, Tandem s’étant toujours positionnée comme facilitateur de développement de l’école et de ses projets.

Alors si vous êtes en recherche de jeunes à fort potentiel, n’hésitez pas, l’ECM est là pour vous satisfaire. Pour Nicolas De Vallière, les aides de l’État facilitent l’embauche de jeunes alternants, alors c’est peut-être le moment d’anticiper la reprise !